22 oct. 2013

La dictature aléatoire de Gabriel Arlys



Pour commencer, je tenais à remercier les éditions Boz'Dodor de me faire confiance ainsi que Livraddict et de m'avoir permis de faire ce partenariat. Car en effet, j'ai reçu ce livre afin de donner mon avis alors même qu'il était en pleine sortie littéraire.

Pour parler de ce livre, je me devais aussi de signaler que c'est le premier que je lis en PDF car il est sorti en format Ebook et pour le lire en partenariat, il fallait le lire sur un écran, donc, je l'ai découvert et lu sur mon ordinateur car je ne dispose pas de liseuse électronique. Mais je ne retiendrais rien de positif ou négatif à ce niveau car ce n'est pas le thème de cette lecture.

Tout d'abord, je pense qu'un résumé s'impose même si c'est un livre qui va être compliqué de rendre court car il s'ouvre sur plusieurs voix et d'ailleurs, il demande une certaine concentration et peu de pauses entre chaque lecture au péril de ne plus rien suivre de l'histoire, surtout la première partie.

Donc pour moi, ce livre s'articule concrètement en trois grandes parties.
La première partie nous présente la vie avant Ka. Nous sommes en 2154 suivant notre calcul de calendrier actuel. L'ère humaine est ultra robotisée et la recherche a fait des pas de gens. Un champignon, dont la membrane a été transformée, peut être ingéré par l'homme, se développe par clonage dans l'estomac et rend l'homme herbivore... Plus de soucis pour nourrir une population géante. Mais le I.Mapasavensis se retrouve échoué dans la nature et ingéré par d'autres formes vivantes, mélangé à des bactéries, il devient un poison mortel pour la faune mais aussi pour les humains...
La deuxième partie nous emmène après Ka, au moment où certains humains s'en sortent. Une petite peuplade, regroupée par Lindsay, réussit à revenir de tout ça et reconstruit une base pour vivre mais sa sœur jumellle Havanah  voit plus grand, et retrouve les vivants sur la toile. Elles réussissent à tous les regrouper chez elles.
Une lutte de pouvoir va se mettre en place dans le cercle de décision composé des jumelles, de Reto Erding qui vient de Scandinavie, de Takumi Kyushu qui vient du Japon et de Juliette qui vient de Suisse. Seule obligation, les personnes auront une puce qui s'activera entre 40 ans et 60 ans pour que la population reste jeune et pas trop peuplée...
La troisième et dernière partie se passe en 599 après Ka. Noa a 60 ans mais sa puce ne s'est pas activée. Pourquoi ? Comment ? Est-il un monstre ? Et là va se révéler le vrai visage du cercle de décision et les réflexions du peuple vont enfin se réveiller... Ils vivent dans une dictature aléatoire...

Ce roman est clairement basé sur de l'anticipation. On imagine les humains qui vivraient dans 140 ans, ce qui est loin mais aussi très proche de nous. La vie est finalement semblable et les aléas des politiques sont toujours aussi soutenus. Pour moi, la première partie se veut complète. On nous donne des noms de cellules, des fonctionnements de clonage, on nous parle de chimie. Mais finalement, est-ce l'intérêt de ce livre ? Je trouve, à mon sens, qu'on passe beaucoup de temps à développer un syndrome même si l'importance du récit aurait permis plus simple. Mais je peux comprendre que pour rendre le récit plus réaliste sur le futur, cette partie pouvait se trouver aussi complète.

Par contre, là où je me marre, c'est la deuxième partie. La crédibilité de  la tâche me semble superflue et impossible. On a l'impression que personne d'autre ne peut vivre sur notre planète après le passage de Ka à part cette petite communauté... Mais si chacun a fait dans son coin, ce que Lindsay fait, il nous reste à croire que plus loin, d'autres peuplades se sont regroupées. J'ai beaucoup de mal à avaler que si les autres survivants ne se sont pas connectés à internet, alors ils sont morts, ce qui indiquerait que le peuple qu'on nous décrit ne serait pas seul et pourrait être envahi, retrouvé, doublé. Et cette dictature, qui s'articule sur cinq membres. Comment un peuple ne rencontre même pas un opposant ? Nous ne sommes dans le passé où personne n'osait affronter les hautes hiérarchies, nous sommes dans le futur avec des pays qui ont leur propre histoire. Je ne comprends pas comment ils arrivent à se comprendre... A moins que depuis 100 ans l'anglais est langue obligatoire sur la planète, je ne vois pas comment un japonais et un africain peuvent se comprendre. Mais on me dira certainement qu'il faut oser rêver...

Pour la troisième partie, nous rentrons purement dans un roman d'actions et de course poursuite. Il y a opposition au pouvoir et lutte des classes. Alors que la dictature fonctionne, on réussit à dessouder tout ça. Mais finalement, pour retrouver la liberté, faut-il fuir ? J'avoue que l'épitaphe est assez noir et on nous donne une vision de l'Humanité bien morose...

Mais après vous me direz que je suis très négative sur ce livre. Evidemment que non... Il a de très bons côtés. Sa construction est intéressante. Les personnages ont des caractères bien trempés et sont très construits. On aime leurs différences et les raisons qui les poussent à se souder ou au contraire se détester. Il y a de super idées, comme la création d'un jury de psychologues pour décider du métier que chaque humain doit faire. J'ai adoré. L'invention de monde ultra moderne est super bien imaginé et on y croit. Ce qui se passe entre les humains et les attachements entre certains plus intense, je pense notamment à Noa et sa femme, je l'ai adoré. Ce couple signe dans ce roman un réel espoir dans l'amour qui peut triompher pour l'humanité. Mais on en revient quand même à croire que la force réside dans l'alliance, qu'elle soit noire ou blanche, mauvaise ou bonne, avec des intentions pures ou néfastes. 

Bref, mon avis est mitigé. Je ne sais pas si je l'ai aimé. A la fois, il m'a énervé par ses facilités et je l'ai apprécié par sa construction. Soit on croit à fond à tout ce qui est noté dans ce livre, on se laisse porter par le récit et on adore, soit on remet en question les possibilités et les éventuelles corrélations et ça ne marche plus. Mais pour qu'il m'ait fait autant réagir, c'est que je l'ai tout de même bien apprécié. 

Petit bémol dans le texte, ce sont les fautes d'orthographes et de syntaxes. Elles me sautent aux yeux et me dérangent. 

Je remercie chaleureusement Livraddict pour ce partenariat et cette découverte et Boz'Dodor de nous permettre de tester un livre de cette manière. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire