2 janv. 2017

La maîtresse de Rome, tome 1, de Kate Quinn



Théa est l'esclave de Lepida Pollia. Elle la suit dans ses déplacements mondains et notamment dans les jeux des gladiateurs où Arius, le Barbare, en sort systématiquement vainqueur. Entre sang, pouvoir, amour, déshonneur, Lepida va œuvrer pour prendre sa place auprès de César et être la maîtresse de Rome mais Théa, qui monte les échelons malgré elle, s'en passerait bien...

Le début de ce livre me semblait bien pompeux. On y parle des jeux romains où le sang coule à flots et où la dépravation humaine y est un sport national. Et puis on aime nos deux tourtereaux qui s'aiment et je me suis attachée à Théa qui vit de place en place, de nombreuses humiliations mais qui garde son honneur coûte que coûte.

Les personnages sont bien pensés. Dame Lepida est exécrable mais elle joue son rôle à la perfection et le retour des personnages dans chaque action est superbe. Par contre, ce côté coïncidences, où ils se recroisent, où ils tombent amoureux des mêmes hommes et femmes, où chacun croise l'autre et surtout où Théa écrit le chemin de Dame Lepida est un peu redondant et exagéré mais surtout devient sans surprise. On devine facilement la suite et c'est un peu ennuyeux. 

Après, au-delà de ça, j'avais une opinion un peu tronquée sur ce livre qui s'est avéré une jolie surprise. Basé finalement sur la romance et le destin croisé des personnages sur fond de Rome au Ier Siècle avec César en tête des troupes est assez original.

Je pense lire la suite plus tard et me replonger dans la dynastie après une pause.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire