26 mars 2016

La femme en vert de Arnaldur Indridason




Pendant une fête d'anniversaire, un bébé prend un os pour un hochet. Le frère d'un des enfants est étudiant en médecine et reconnait un os humain. Après avoir retrouvé le lieu où l'os se trouvait, la police voit se dessiner un cadavre humain entre deux fondations de maisons. L'enquête menée par le commissaire Erlendur révèle une maison sur les hauts de la colline pendant la guerre mais la famille qui y habitait, pas de trace, même si les coups pleuvaient à l'époque...


Deuxième enquête que je lis avec notre commissaire Erlendur. J'apprécie de plus en plus ce personnage taciturne qui a une vraie place dans ce roman. On le découvre avec des failles très profondes et en parallèle de l'enquête, il vit avec sa fille des moments très durs qui le place dans une situation très difficile. 
La trame de la famille, racontée avec parcimonie tout au long de l'histoire est juste et très poignante. La vie de cette  femme, qui s'écroule sous les coups de son mari est dure et pleine de dénis mais tellement juste.

L'enquête vit son apogée à la fin quand la femme en vert se montre et parle et dénoue l'intrigue. Une belle enquête assez subtile et un héros comme on aime. Un plaisir encore de lire du Arnardur Indridason même si tous les noms islandais ne sont pas toujours facile à lire. 

1 commentaire:

  1. je cherchais un auteur lettre i pour mon challange ABC, je pense que cet auteur me conviendra parfaitement

    RépondreSupprimer