2 janv. 2015

Comme un vol d'aigles de Ken Follett



EDS, electronic data Systems, est une entreprise américaine qui protège des systèmes informatiques dans le monde entier. En 1978, ils ont comme clients, Téhéran et son système de sécurité sociale à mettre en place. EDS gère mais la chute du Shah va compromettre l'alliance. La police désire fouiller les dossiers pour y découvrir une éventuelle corruption. Même si elle est montée de toute pièce pour ne pas que la police en place ne perde la face, les deux ingénieurs sont mis en prison. Ross Perot, le grand manitou américain de EDS ne peut admettre de les laisser mourir là-bas et monte un commando pour les sauver... 

Tiré d'une histoire terriblement vraie, Ken Follett n'a changé que quelques noms pour pouvoir l'écrire. Cette histoire a été lue et corrigée par les protagonistes eux-même. Je ne peux être juste dans ma critique car je suis devenue une adepte de Ken Follett mais j'avoue que j'ai été époustouflée par ce roman. Je l'ai lu en deux jours, et je ne pouvais pas lâcher mon livre avant de l'avoir fini.
Il est trépident, plein de vie. La plume de Ken Follett est tout en suspens et en rebondissements. Je me suis prise à espérer pour nos deux ingénieurs qu'il arrive ceci ou cela. Je me suis plongée dans ce roman sans voir les lignes passées. L'histoire suit un fil conducteur et on ne le perd jamais. J'ai adoré chaque personnage, surtout Ross Perot. Mon auteur fétiche, comme à son habitude, a su les croquer avec précision et j'avais presque l'impression d'être avec eux dans la cellule ou dans les avions. 
La partie politique du pays n'est pas écrite avec lourdeur et je me suis même prise au plaisir de comprendre comment le régime du pays se déroulait à ce moment-là alors que je n'apprécie guère la politique. Ken Follett nous plonge dans un pays en déroute et notre équipe de sauveteurs est somptueuse. Le fait de se dire que cette histoire est réelle donne encore plus de plaisir au roman. 
Un réel petit chef d’œuvre.

Lien du même auteur

La nuit de tous les dangers 
Peur blanche
Code zéro
Paper money
L'arme à l'oeil

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire