19 juil. 2014

L'orme de caucase de Jirô Taniguchi



De nouveaux locataires pour une maison... Mais quand ils entrent, les plantes et arbrisseaux qui se trouvaient là pendant la visite ont été arrachés par les anciens propriétaires. Déception pour les nouveaux car la valeur de la maison et leur coup de coeur s'arrêtaient surtout sur le jardin. Qu'à cela ne tienne, ils les replanteront à l'identique... Mais ont-ils tout arraché ? Non, pas cet énorme Orme qui perd ses feuilles sur les toitures des voisins, qui fait trop d'ombre, qui est trop présent !! Lui par contre, il faudra l'abattre car il gêne... Mais l'humain a-t-il le droit sur la nature ?? Après tout, il était là avant eux, avant la maison....

La première histoire de ce manga est tout simplement poétique, parle de la vie et relève de notre droit, nous humains, que nous exerçons sur la nature. Celui de tout raser, de tout défricher, pour être chez nous, pour marquer notre territoire, pour être tranquille. Mais loin de ces pseudos fables écologiques, Taniguchi signe un très joli hommage à la nature tout en finesse et en délicatesse et nous questionne sur la vraie raison qui nous pousse à nous permettre de dévaster ce qu'il reste de "Vert" autour de nous.
J'ai beaucoup aimé.

Le reste du manga continue sur d'autres "nouvelles" tout aussi fraîches que L'orme de caucase. Je les ai dévorées comme toujours avec Jirô Taniguchi qui en quelques traits sait nous parler de la nature profonde de l'être humain. J'ai hâte d'en lire un autre...

Du même auteur Un ciel radieux et Quartier lointain 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire